21/07/2006

Ben Harper - Hooverphonic - Depeche Mode

Ben Harper & The Innocent Criminals

Hooverphonic

Depeche Mode

Le dimanche 2 juillet 2006

Rock Werchter

Quatrième et dernier épisode du périple musicale de Kira au Rock Festival de Werchter. Mais rassurez-vous, Kira sera bientôt de retour sur "Live" avec un nouveau feuilleton. Une sorte de "saison 2"... En attendant, voici son "jour 4" sur la plaine de Werchter :

Enfin (ou déjà?) dimanche.... Dès la mise en route je ne cache pas mon impatience... Ce soir, on va voir Depeche Mode!!!! Seconde fois pour moi cette année et je suis déjà toute excitée.
Pourtant malgré ce que j'avais "rabaché" à mes compagnons de festival, hors de question d'aller me planquer à la barrière dès notre arrivée sur le site. Trop chaud, trop soif, trop de monde... Il sera encore bien temps dans quelques heures... D'ailleurs, comme à l'habitude le dimanche, les gens sont peu motivés pour s'approcher de la scène... Encore plus qu'hier, c'est ambiance plage à Werchter-les-bains : bikinis, tongs et crème solaire inclus!
Il faudra attendre 18h40 et le concert de Ben Harper pour profiter un peu du bon son. Durant l'après-midi, on a quand même pu tendre l'oreille à la Pyramide et se réjouir de la soul-jazz sensuelle de Leela James, parfaite pour une dégustation de glace par une après-midi torride...
Mais à 18h40 quand Ben et ses "Innocent Criminals" arrivent sur scène, on est tranquillement couchés dans l'herbe.
Un pur plaisir d'1h15!!! Je n'avais jamais vraiment pris attention à ce qu'il faisait jusqu'à cette année-ci et la découvert de l'excellent" Both Sides of The Gun"... J'ai bien fait de m'y intéresser. Harper est un véritable petit génie entre rock et soul, entre nonchalance et intensité, un très bon concert savouré les yeux fermé et la tête ...ailleurs.
Juste avant la fin de Ben Harper, je réalise que c'est le moment de prendre sa place si je ne veux pas manquer mon "rendez-vous" avec Dave et sa bande. Je profite du départ des gens venus voir Ben Harper pour me faufiler au 4ième rang au milieu...pas maaaaal!!! Reste plus qu'une interminable attente (merci à la sécurité d'avoir donné à boire aux pauuuuuuuuuuuuuuuuuuuvres fans de DM agglutinés aux barrières) heureusement entrecoupée par la délicieuse Geike d'Hooverphonic.

Ahhh Hooverphonic!!! J'étais vraiment heureuse de les retrouver après avoir loupé leur concert à Mons mais franchement, était-ce vraiment une bonne idée de les programmer à la Main Stage???? A côté de moi, deux gars ne font que parler en râlant que c'est "barbant comme musique"... Merci messieurs, quel manque de respect pour les artistes et les fans!!!
Enfin Bref!! Un concert en altitude, dans une bulle de rêverie aux accents doux-amers avec un très bon choix de chansons (tous les classiques d'Hooverphonic se sont succédés) de l'ultra connu "Mad About You" au swinguant "Jackie Cane" en passant par 2wicky (leur tout 1er titre) et quelques titres du nouvel album. Il ne manquaitt à mes yeux que le titre "Vinegar and Salt" pour me ravir à 100%. Geike, toujours un peu timide et nerveuse dans sa petite robe verte, telle une elfe perdue en plein milieu de la Main Stage, a su mener sa barque à bon port, aidée par ses musiciens talentueux et par le public heureux... Encore une fois de quoi être très fier d'être belge.

21h35, l'avant-dernier concert se termine, mon coeur commence à battre plus fort. 5 mois que j'attend!!! Toujours plus de monde tente de venir à la première barrière, c'est chaud malgré le soir qui commence à tomber!!!
Alors Depeche Mode a-t-il été à la hauteur de mes attentes???
PARFAITEMENT!!!!!!!!!!!!!! Je craignais les coupes faites dans la set list speciale festival. Elles ont, au contraire, ajouter encore plus de rythme à un concert qui n'en manquait déjà pas.
Dave arrive tout sourire, Martin et Andrew ont l'air en pleine forme aussi. On les sent apaisés, les tensions d'avant ont disparu. Comme à Anvers en janvier, c'est bon de les voir comme ça! Et c'est parti pour 1h45 de folie furieuse. Après l'intro et le remuant " A pain that i'm used to", Dave est déjà torse nu, faisant admirer ses tatouages avec ses petits déhanchements... Mmmmmmh les filles en raffolent!!!!!
Battant le fer immédiatement, ils enchaînent avec "A question of time" reprise en choeur par les milliers de fans rassemblés à Werchter... C'est beau (et je n'ai déjà quasi plus de voix!!!) En mêlant habillement les anciens et les nouveaux titres, chacun y trouvent son compte. Amusant de voir les très très jeunes filles à côté de moi se demander si c'est vraiment du Depeche Mode lorsqu'elles entendent de vieux titres certainement sortis alors qu'elles n'étaient pas nées!!!!!
Du nouvel album ne resteront que "A pain that i'm used to", "Suffer well", "Precious" et "John the revelator" (toutes les 4 excellentes). J'ai des frissons quand résonnent les premières notes de "Walking in my shoes" enchaîné de "Stripped". Martin Gore nous offre "home", une de ses plus belles chansons, reprise elle aussi par la foule... Un beau moment, très tendre. Quel bonheur ensuite d'entendre "In your room" et surtout "I Feel you" pour un petit détour dans l'album "Songs of faith and devotion", mon préféré.
"Behind the wheel" achèvera de mettre le feu aux poudres. Dave se donne littéralement à son public, une vraie bête de scène, le public exulte ...et ce n'est pas fini!!!
En clôturant le concert (avant les rappels) par le triplé "violator": "World in my eyes", "Personal jesus" et "enjoy the silence", le groupe sait qu'il met tout le monde KO debout... et moi, j'ai les larmes aux yeux pendant tout ce temps où je chante à tue-tête "Let me show you the world in my eyes".

Comme à l'accoutumée, Dave, Martin et Andrew disparaissent le temps que le public s'échauffe encore un peu. Et voici le temps des rappels. Et là, je dois dire que tous les fans de DM auront été gâtés... Aux habituels et ultra connus "Shake the disease" par Martin et "Just can't get enough" par Dave, nous avons eu droit à une magnifique version épurée de "Leave in silence" par Martin, bouleversé mais souriant et à "Photographic" énergique et plein de punch pour amener l'apothéose "Never let me down again". Je sais que c'est la fin, de nouveau les larmes ruissellent. Tout le monde agite ses mains, on est tous ensemble, 60000 personnes, vibrant sur la même musique... Ca me retourne complètement (surtout que cette chanson est très intimement liée à ma vie).
Plus de voix, plus de pieds mais le sourire béat d'avoir encore une fois vécu un grand festival avec un final que je n'aurais osé rêver il y a un an.

On fouille ses poches, derniers tickets boissons, dernier hamburger ou gaufre. On fait le point, on retrouve tout le monde et direction le parking sous les lumières des feux d'artifices...C'est déjà fini mais... VIVEMENT L'AN PROCHAIN!!!!!!

Kira

Les photos illustrant ces quatre journées à Werchter sont signées par Koen Keppens, Rob Walbers, Thomas Dhanens et Isabel Pousset.

Les commentaires sont fermés.