29/07/2006

Art Brut - Infadels - Maxïmo Park

Art Brut

Infadels

Maxïmo Park

Le jeudi 13 juillet 2006

Dour Festival

Petit - tout petit - retour en arrière. Après nous avoir raconté ses quatres journées à Werchter, l'infatigable Kira nous dépeint à présent ses quatres jours à Dour. Hé oui, je vous avais promis une nouvelle série d'épisodes de ses aventures festivalières. Le voici...

BACK FROM DOUR

 

4 jours, ça a l'air énorme mais au final, ça passe super vite ... hélas!!!

Alors, le festival de Dour, c'était comment cette année?

Chaud, poussiéreux (ça nous change des bains de boue), fun, drôle, étrange, « arrosé »,  bon enfant (loin de la netteté et de la droiture werchterienne ; ici, c'est le côté "un peu n'importe quoi" qui prime) et au niveau programmation, inégal mais très intéressant.

Jeudi, on s'était dit "commençons doucement". C'est donc vers 19h que nous avons rejoint le site de « la machine à feu ». Le temps de faire un peu le tour pour prendre ses repères (stand de distribution des horaires journaliers, tickets bouffe et boissons, coins d'ombre, pipi-room...), nous atteignons la scène principale appelée "last arena" (pas d'inquiétude, on se fait vite au nom des 6 scènes différentes).

Art Brut est en train de terminer. Et le moins qu'on puisse dire c'est que c'était réellement du "brut", un peu trop pour mes petites oreilles pas encore habituées (en plus le son était pas vraiment terrible...). Mais ça a l'air de plaire vu le nombre de gens déjà présents (on annoncera 32000 personnes pour ce jeudi). Mes copains déjà présents me disent que j'ai loupé pas mal de bons groupes belges programmés plus tôt : Malibu Stacy, Eté 67 et Montevideo... Ce sera pour une prochaine fois. 

 

Découverte ensuite du groupe londonien Infadels qui a sorti début d'année un 1er album " We are not the infadels". Leur pop rock dansante et colorée entraîne le public (surtout "Can't Get enough", leur single). On danse déjà malgré la chaleur qui règne sur le site. Très sympa à voir en live, encore plus grâce à la personnalité du groupe sur scène, délirante.

Ensuite, rencontre avec les anglais de Maxïmo Park, leur album "a certain trigger" encore dans les mémoires de nombreux festivaliers, le groupe réussit tout de suite à installer une excellente ambiance, assez rock, second degré (à l'image du groupe Pulp par exemple). Un bon concert porté par des titres comme "apply some pressure" que tout le monde connaît et une reprise assez audacieuse de "steady as she goes" des Raconteurs qui a mis le feu. Ensuite, il est déjà temps de rentrer malgré l'annonce à l'affiche de Primal Scream... Dure dure la vie de festivalier qui n’a pas pris congé!!!

Kira

Les commentaires sont fermés.