12/09/2006

Ozark Henry

Ozark Henry

Ancienne Belgique

Le lundi 11 septembre 2006

 

Une nouvelle fois, une bonne réponse à une question posée par le Télé Moustique et... hop, je me retrouve à l'Ancienne Belgique pour assister au concert privé d'Ozark Henry. J'ai donc eu le privilège de découvrir en live les morceaux du tout nouveau, tout beau, tout chaud The Soft Machine. Merci l'hebdo qui pique juste où il faut.

Bien que fréquentant l'Ancienne Belgique très régulièrement depuis de nombreuses années, c'est la toute première fois que je découvrais l'ABBox. Les balcons et les places assises sont masqués par de vastes rideaux dans lesquels sont incrusté de multiples petites lumières. Un peu comme la plus belle des voûtes célestes durant une nuit d'été. Suspendus au plafond, quatre lampions blancs complètent le décor en apportant à l'ensemble une touche plutôt intimiste. Et c'est vrai que lorsque les lumières sont éteintes, on a un peu l'impression d'être dans une très grande boîte.

Bon, après ces quelques considérations à connotation "Journée du Patrimoine", venons-en à la prestation d'Ozark Henry. En comptant ce dernier, ils sont cinq à se présenter devant nous aux alentours de 20h30. Chacun possède apparemment une place bien précise sur scène. A l'avant, les claviers; au centre, mais légèrement en retrait, la batterie et, de part et d'autre de celle-ci, le guitariste et le bassiste. Et comme chacun demeure (trop?) figé sur place d'un bout à l'autre du concert, les regards ne manquent pas de se concentrer sur le jeu tout à la fois puissant, énergique et spectaculaire du batteur. Je vous assure, ça vaut le détour...

Le son est tout aussi puissant qu'excellent; le light show est très soigné (beaucoup de jeux ombre/lumière) et la voix d'Ozark Henry demeure toujours aussi envoûtante. Enfin, si la set list puise abondamment dans The Soft Machine (Ahhh These Days en live...), les anciens albums ne sont pas en reste et rien de ce qui a construit le succès dOzark Henry n'est oublié : Indian Summer, Sweet Instigator, Vespertine, At Sea, Word Up, ... 

Une bien belle soirée en définitive. Je ne savais pas qu'il y avait autant de morceaux connu, m'a dit mon amoureuse en quittant la salle. Et si seulement Ozark Henry se lachait et bougait davantage sur scène...

Avec Cathy

00:50 Écrit par Luc dans "Live" à chaud | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ozark henry, concert, live, ab |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.