20/09/2006

Stijn

Stijn

Dirty Dancing

Le mardi 19 septembre 2006

 

L'hebdo qui pique juste où il faut m'a à nouveau ouvert les portes d'un concert privé. Un New Album Exclusive Launch Concert pour être tout à fait précis. Celui de Stijn au Dirty Dancing/Mirano Continental à Bruxelles.

Autant être franc avec vous, j'ai mis les pieds hier soir dans un monde et un univers musical pour lesquels mes connaissances sont plutôt proches du néant. Toutes proportions gardées, c'était un peu comme si le noyau dur des fans d'Hélène Ségara se retrouvait au Graspop Metal Meeting pour assister à une prestation de Motorhead... Oui bon, c'est vrai, j'exagère. Néanmoins mes connaissances en musique électro se limitent à Melody A.M. de Röyksopp, The Body Gave You Everything de Magnus et à The Eraser de Thom Yorke (plus quelques morceaux de Radiohead). Pour être totalement exhaustif, ajoutez encore à celà Come With Us des Chemical Brothers et As Heard on Radio Soulwax pt.2 des 2 Many Dj's (que j'écoute aussi souvent que je n'ai fait ma grande communion).

Et pourtant, hier soir vers 22 heures (début de l'après-midi pour les clubbers), je me retrouve face à Stijn qui, seul sur scène, ouvre le concert de lancement de son nouvel album The World Is Happy Now. Et je dois bien l'avouer, c'est plutôt pas mal. Dès le premier morceau, j'ai même eu la jambe gauche qui s'est mise à frétiller. Derrière lui, traversant toute la scène, cinq grandes lettres constellées de puissantes ampoules formant son nom donnent un tempo lumineux à sa musique. Très vite, Stijn est rejoint sur scène par cinq musiciens : une basse/contrebasse, des percussions, une guitare électrique et, surtout, une section cuivres trompette/tuba et saxophone. Dès lors, les programmations électro de Stijn se drapent de couleurs soul, funky ou jazzy.

Voilà, je ne vais pas me risquer à en dire davantage. J'ai apparemment découvert un grand bonhomme de la scène électro, très énergique et démonstratif sur scène, capable par moments d'entraîner avec lui dans son univers un drôle de spécimen égaré, novice et plutôt néophyte dans mon genre.

Avec Fred

 

Pssst... Petit message aux fumeurs invétérés frustrés de ne plus pouvoir s'adonner à leur vice lors des concerts (cfr. ceci), rabattez-vous sur les soirées clubbing et autres Dj Set en boîte de nuit. On y fume encore autant que la cheminée de l'incinérateur de Neder-Over-Hembeek!

23:02 Écrit par Luc dans "Live" à chaud | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stijn, dirty dancing |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.