04/11/2006

Sacha Toorop - The Tellers - Minerale - Sharko

62TV
 
Sacha Toorop

The Tellers

Minerale

Sharko

Botanique

Le vendredi 3 novembre 2006

Une nouvelle signature sur "Live". Donatienne m'a fait parvenir aujourd'hui un très beau texte sur la soirée 62TV Records d'hier soir au Botanique... à partager avec le plus grand nombre. Merci Donatienne.

Plus de caméras que de guitares hier soir à l’Orangerie, à l’occasion d’un concert privé d‘enregistrement pour la RTBF.

Zop Hop Op donne immédiatement le ton : dansera qui voudra danser. Dans un nouveau répertoire, Sacha Toorop (chanteur) captivera d’emblée l’intérêt de la salle par des compos françaises, valsant de blues sulfureux à des rythmes plus exotiques, empêchant le public de ne pas battre la mesure du bout de la basket. Tout sourire, il terminera sa promenade musicale par une interprétation intimiste de « Elle est d’ailleurs » de Pierre Bachelet, seul au piano. Nul ne s’attendait à moins, Zophophop brillera en arrangements et présence sur scène.

C’est The Tellers qui enchaînera avec triple brio. A peine âgés de 20 ans, ces petits bouts d’hommes étriqués dans leurs jean’s, les jambes comme des baguettes, rendent le plus bel hommage qu’il soit à la culture rock’n roll, profondément influencés par The Libertines. Décontractés, The Tellers dérouteront l’Orangerie le temps de 6 morceaux, entrecoupés d’annotation très bon esprit, gratte acoustique et harmonica à la main. Le public bougera, le public dansera. La musique des Tellers détient tout en simplicité les meilleurs ingrédients du rock : l’art de la nonchalance artistiquement maîtrisée. Le public en redemandera !

Difficile pour Minerale de prendre le 3ème relais de la soirée, devant une Orangerie encore essoufflée de la prestation des jeunes prodigues. Empruntant tantôt la voix de Tom Barman (dEUS), tantôt les résonances du groupe Vénus, Minerale marquera moins en originalité, mais servira de préambule mélodieux à la prestation de Sharko, quatrième et dernier artiste de la soirée.

 

Habitué des lieux, Sharko chantera « chez lui », à torse nu. Le set proposé lui permettra de s’amuser avec le public, réceptif et chantant. Joueur envers les caméras, Sharko et son timbre particulier clôtureront l’enregistrement dans une ambiance de fête. Une manifestation de plus qui, à l’abris ou pas des médias, confirme incontestablement la puissance et le potentiel belge en matière de scène. Date de retransmission (sur la Deux) inconnue.

 

Donatienne J.

Les commentaires sont fermés.