10/01/2007

Muse bis

Petit retour en arrière. Après le texte de Kira, Energy17 nous offre (via les commentaires) un second compte rendu sur Muse en concert. Cette fois-ci, nous ne sommes pas au Zénith de Lille, mais au Sportpaleis d'Anvers. Vous vous demanderez peut-être qui est Energy17. Le Mystère est entier. Pour moi y compris...

Luc

Muse (Large)Muse

Sportpaleis d'Anvers

Le mardi 19 décembre 2006

 

Le concert de Muse de ce 19 décembre 2006 a dynamité le Sportpaleis !!!

 

Matthew Bellamy, Chris Wolstenholme et Dominic Howard (assistés d'un discret musicien aux claviers et d'un éphémère trompettiste) ont mis le feu aux 12.000 spectateurs du Sportpaleis. L'accueil de ceux-ci a d'ailleurs été prodigieux... et justifié par un show nitroglycériné !

 

Certes nombre de fans avaient du prendre leur mal en patience avant d'arriver dans le lugubre quartier du Sportpaleis, la sortie de Bruxelles et le ring d'Anvers étant bouchés (certains, dont moi n'arrivant qu'après 2h30 d'embout ', juste après les Razorlight), mais, d'entrée, Muse a su faire oublier le pitoyable début de soirée par un magistral Take A Bow. Et, directement, Muse en a mis plein les oreilles et la vue.

 

Le son est intense et furieux, tout en conservant ses envolées lyriques. Le light show est magistral. Les gars sont en forme olympique, voire même super héroïque et sont irradiés d’une vigueur survitaminée. Le batteur, Dominic Howard, déguisé en Spiderman de la tête au pied, et sa batterie sont cachés dans une structure octogonale qui ne dévoile son contenu qu'en se soulevant dans un fracas de rayons lumineux.

 

Avec des morceaux à l'énergie furieusement rock, voire parfois hard rock (avec des riffs à perforer les tympans... et exploser les osselets), des écrans géants (avec la projection de robots qui dansent, d'étoiles, des soldats, ...), des câbles de néons multicolores, une structure métallique avec deux grues, Muse est formidable.

 

Avec Map of the Problematique, Butterflies & Hurricanes, Supermassive Black Hole, la salle est chauffée à blanc pour encaisser le démesuré New Born. Après Assassin et City of Delusion, le public passe dans le calme éphémère de l'oeil du cyclone avec des ballons géants remplis de papiers colorés qui divaguent dans la foule pendant que le groupe joue Bliss en attendant que tous les ballons soient perforés par les spectateurs, quitte à utiliser des briquets kittés façon lance-flamme. Plug in Baby et Invincible, notamment, mèneront les fans jusqu'au 1er rappel pendant lequel Starlight, Hystéria et Stockholm Syndrome feront encore monter l'ambiance de quelques degrés. Muse terminera alors avec Muscle Museum, puis un ultime Knight of Cydonia étayés de lyrics qui s'impriment en arrière-plan : « The time has come to make things right/You and I must fight for our rights/You and I must fight to survive »..

 

Il n'en fallait pas plus, le public est comblé... et impatient de se faire emporter par le prochain concert !!!

 

Energy17

21:02 Écrit par Luc dans Actu "Live" | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : muse, sportpaleis |  Facebook |

Commentaires

Quel commentaire! On s'y croirait encore!!! Merci! Ils ont vraiment tout déchiré, ces 3 superhéros!
A quand le prochain album?!

Écrit par : Deb | 05/05/2007

Les commentaires sont fermés.